A propos du projet

Le projet de Banque d’images a été lancé au cours de l'été 2014. La photographie est bien souvent un support à la recherche, et beaucoup constituent des archives d’images spécifiques à leurs études. Recouvrant des lieux et des périodes très différents, ces clichés constituent une occasion unique de suivre les évolutions récentes en Turquie (Anatolie, Sud-Est dans les années 60-70, Istanbul 1903, évolution de l’urbain à Istanbul 1997-2014 dans le cadre de l’Observatoire Urbain d'Istanbul…). C’est grâce aux dons de chacun-e que la banque d’images s’étoffe un peu plus chaque jour. L’équipe de l’IFÉA entend mettre progressivement à disposition ces images afin qu'elles soient accessibles au plus grand nombre.

Le projet se donne trois objectifs principaux :

  • Capitalisation de clichés inexploités  

L’ancienneté de l’Institut permet d’avoir une vision d’ensemble des recherches menées en Turquie depuis près d’un siècle. L’équipe de l’archive photographique a donc pour mission de récupérer des clichés sous toutes leurs formes (diapositives, négatifs, positifs, digital), d’assurer de bonnes conditions de conservations, de les numériser et de les mettre en ligne. Pour les clichés papier, un premier travail a consisté à les stocker en un lieu unique. La question de leur conservation et de leur numérisation s’est rapidement posée. Toutes les images sont issues de dons, et donc librement téléchargeables. Un premier appel à contribution a été lancé au début de l’été 2014.

  • Favoriser la visibilité, l’accessibilité et la diffusion des travaux de recherche réalisés

L’interface de l’archive permet de combiner les objectifs d’approfondissement et de diffusion de la connaissance sur la Turquie. Les chercheurs peuvent y trouver des compléments voire des substituts à leur observation de terrain. L’ancienneté de certaines images assure une profondeur historique nécessaire, comme sur les questions de transformations urbaines, d’une actualité brûlante.

La géolocalisation de chaque projet donne, en un coup d’œil, une idée des recherches réalisées. Elle est facile d’accès, consultable par tou-te-s au-delà des enceintes scientifiques. Plus qu’une simple compilation, l’équipe de l’archive s’attache tout particulièrement à recontextualiser les images et à les réarticuler à un propos grâce aux descriptions fournies et à des références externes (articles sur les blogs de l’IFÉA). L’archive a également vocation, à moyen terme, à mettre en ligne d’autres types de documents (vidéos, enregistrements sonores etc.).

  • Susciter la réflexion sur les usages et les impacts de l’image dans la recherche

Le développement de l’archive permet de sensibiliser étudiant-e-s et chercheurs aux enjeux de l’image grâce à l’organisation d’ateliers et de conférences. Son omniprésence dans les sociétés contemporaines rend incontournable la réflexion sur son usage et ses impacts. Souvent cantonnée à l’écrit, la recherche gagne à s’ouvrir à d’autres supports. La prise de vue peut être un moyen d’investigation comme un mode de restitution comme le suggère le courant d’anthropologie de l’image (Visual Anthropology). En complément de l’aspect technique, des expositions sont envisagées dans le cadre du projet.

Equipe :

Céline Pierre-Magnani est en charge du projet. Elle collecte les médias, assure leur description et est le lien avec nos partenaires.

Isabelle Gilles assure l’expertise technique pour le choix et la mise en place de l’interface de gestion ainsi que pour les formats de description documentaire.

Aude Aylin de Tapia réalise la description et la numérisation des clichés argentiques dont la conservation est prise en charge par notre partenaire SALT.

Elise Michon met en place une nouvelle version du site en coopération avec l'équipe de la plateforme Omeka et en assure l'hébergement et le référencement sur le moteur de recherche en sciences sociales Isidore avec l'équipe de la TGIR Huma-Num.